blog3.png

tourne-disqueDécidément Hadopi n'en finit pas de nous réjouir par le talent de ses responsables à saisir les tendances de la consommation culturelle tout en les adaptant avec finesse aux réalités technologiques... Bon, vous l'aurez compris, il s'agit une fois de plus d'un constat acerbe sur le niveau de cette autorité (dont les connaissances de ses représentants publics laisse à penser que le niveau requis pour faire autorité est assez accessible).

Il y a quelques jours, un rapport publié par la Hadopi met en avant tout un tas de propositions et d'idées pour faire avancer la cause des industries du divertissement.

Parmis ces propositions, citons en une qui a depuis fait réagir, depuis les rangs de la Hadopi elle-même jusqu'aux confins de la websphère : intégrer un système de filtrage directement sur le système d'exploitation des ordinateurs. Bonne pioche ! Donc, si je comprend bien, il suffit d'aller demander (gentiment) à Microsoft, Google, Apple, d'aller installer un module de filtrage au coeur de leur OS. En imaginant que cela soit possible, quid des distributions Linux ? J'ai bien l'impression ce "détail" a complètement échappé aux auteurs du rapport. Entre les grands éditeurs de distributions Linux comme Ubuntu, Fedora, Suse, Mageia, les distributions un peu plus underground comme Arch Linux, Gentoo, Knoppix, Linux Mint, OpenBSD et j'en passe, il existe déjà des centaines de distributions disponibles sur la Toile, en libre accès.

D'autant plus que le principe même d'un système d'exploitation open source, c'est de pouvoir... modifier les sources ! Donc modifier et supprimer tout ce qui ne vous plait pas dedans. Exit donc les mesures de filtrage sur les systèmes linux. Pour promouvoir l'utilisation d'OS open source à la place des versions propriétaires qui seraient garnies de systèmes de filtrage, on ne peut pas rêver mieux, merci Hadopi, la communauté libre d'en demandais pas tant. Plaisanterie mise à part, ce genre de propos ne fait que discréditer une fois de plus cette structure et ses propositions en décalage total avec les réalités technologiques, le marché des fournisseurs de solutions logicielles, les habitudes des consommateurs et l'évolution du marché du divertissement.

Avec des propositions comme celle-là, les adeptes du téléchargement illégal peuvent dormir tranquille.

{fcomment}